Anthony Okpotu "Jouer dans des clubs comme les Girondins, c’est une porte d’entrée pour la sélection"

Le 21 09 2020 à 11h08

Il éclabousse la Ligue 1 tunisienne de son talent, Anthony Okpotu, international nigérian, fait les beaux jours de Monastir et reste une belle affaire pour des clubs européens.

Anthony Okpotu est l’une des révélations en Ligue 1 tunisienne. Grand gabarit et très puissant, il explose les compteurs avec quatorze buts et une poignée de passes décisives. Gernot Rohr suit avec beaucoup d’attention celui qui pourrait être une bonne idée pour un club avec peu de moyens comme les Girondins de Bordeaux. 


Bonjour Anthony, merci pour ta disponibilité. Comment s’est passé ton arrivée à Monastir ? 

Ecoute, tout s’est très bien passé, merci. J’ai été très bien accueilli par l’ensemble du staff et de mes coéquipiers. Les supporteurs attendaient beaucoup de moi aussi. Je fais un clin d’oeil particulier à mon frère Moses Orkuma avec qui j’ai commencé à porter le maillot du Nigéria qui m’a aussi énormément aidé dans mon nouveau challenge. 


Moses Orkuma m’a énormément aidé dans mon adaptation 


Tu as l’air de t’éclater à Monastir depuis ta blessure. Comment l’expliques-tu ? 

Dans le football, il faut savoir être patient mais aussi savoir saisir les opportunités. J’ai traversé une période compliquée avec la rupture de mon tendon d’Achille qui m’a éloigné des terrains de longs mois, mais désormais, c’est derrière moi. J’ai bien travaillé avec le staff et j’ai surtout pris le temps de retrouver mes sensations. Mes expériences au Maroc et en Albanie étaient des tremplins. 


J’ai pris le temps de retrouver mes sensations


Parle nous de cette Ligue 1 tunisienne. A quoi ressemble-t-elle ? 

Finalement, de ce que je vois, c’est un championnat qui se rapproche de la Ligue 1 française. Il y a beaucoup d’efforts physiques à fournir et quand tu es attaquant, tu prends pas mal de coups mais je suis rôdé et je sais faire ma place. Avec mes partenaires, j’arrive à me créer des espaces et trouver le chemin du but. 


La Ligue 1 tunisienne ressemble à la Ligue 1 française 


Quel poste joues-tu exactement ? 

J’adore jouer attaquant de pointe, je me régale à ce poste mais je peux dépanner sur les côtés aussi. Quand j'ai des milieux avec un niveau technique élevé derrière moi, je peux développer mon jeu dans la profondeur en prenant les espaces.

L’important pour moi, c’est de jouer et de gagner. Même si la défaite fait partie du sport, l’important, c’est de s’adapter et d’apprendre toujours et encore. 


Je me régale en attaquant de pointe 


De qui t’inspires-tu ? 

Je suis un fan de Samuel Eto’o qui a énormément marqué le football africain comme tu peux t’en douter. Il arrivait toujours à trouver des profondeurs et avait une grosse force de frappe. Il savait jouer dos au but et c’est très difficile. Osimhen est aussi un excellent finisseur, ce qu’il a fait à Lille et en Belgique est notable. Cela parle tout seul. 


Jouer dans des clubs comme les Girondins, c’est une porte d’entrée pour la sélection


Plusieurs clubs européens te suivent. Un agent aurait proposé ton nom à Bordeaux notamment. Qu’as-tu à dire là dessus ? 

On joue au football pour connaître le meilleur niveau possible. J’ai très envie de porter de nouveau le maillot de la sélection nationale et jouer dans des clubs comme les Girondins, c’est une porte d’entrée. Je ne connais pas bien ce club, je sais cependant que de grands noms y sont passés. Si j’ai l’opportunité de venir montrer de quoi je suis capable en Europe, je traverserais la Méditerranée. 


Tenter d’atteindre la finale de la Coupe prochainement 


Quels sont tes objectifs à court termes ?

Je vais te répondre un truc bateau mais engranger le maximum de points possibles et tenter d’atteindre la finale de la Coupe. Cela passe par une victoire contre Club Sportif Sfaxien en demi, d’abord. Nous avons de l’ambition, il faut concrétiser cela sur le terrain. 


Merci Anthony






  • 563 vues
  • 0 commentaires

L'auteur

Jean-Aurel Chazeau

Fondateur Leero Sport News et juriste en herbe rêvant comme un gosse devant les passements de jambes de Roni, pense toujours qu'Edixon Perea aurait pu jouer dans un top club.

@J_AurelChz | jeanaurelchazeau.com

Voir les articles