Jérémie Aliadière : "Les Girondins de Bordeaux ont fait une super affaire en recrutant Laurent Koscielny"

Le 11 08 2019 à 11h11

En exclusivité pour Leero Sport News, Jérémie Aliadière revient sur la venue de Koscileny en Gironde ainsi que l'actualité de la Premier League et sa carrière.

Vainqueur de la Premier League avec les Invincibles d’Arsenal en 2004, Jérémie Aliadière revient en exclusivité pour Leero Sport News sur la venue de Laurent Koscielny aux Girondins de Bordeaux, sur l’évolution du recrutement des jeunes en Angleterre, l’arrivée de Pépé et la victoire de l’Algérie à la dernière CAN dont il est originaire. 



Vous êtes aujourd’hui consultant. De quel œil voyez vous l’évolution de la Premier League depuis vos débuts ? 

La Premier League est vachement plus compétitive qu’avant, je pense que tout est relié à l’argent et à la notoriété qu’a le championnat anglais sur le monde. Par conséquent, de plus en plus de joueurs de très très haut niveau veulent intégrer l’Angleterre. Pour les gens qui la suivent et les joueurs, c’est très excitant d’en faire partie. 


Vous avez été l’un des premiers jeunes frenchies à intégrer un groupe pléthorique. Avec l’évolution des méthodes de recrutement focalisées sur les jeunes pousses prometteuses, peut-on dire qu’Arsene Wenger était en avance sur son temps ? Quelles relations aviez-vous avec lui ?

J’étais le premier Français à partir à l’étranger si jeune. J’avais 16 ans et je ne men rendais pas compte. J’arrivais à Arsenal et retrouvais la french connection et Arsène. Je pense que la différence entre Arsène et les autres clubs d’aujourd’hui : il prenait des joueurs en espérant les faire jouer. Il nous donnait toutes les opportunités pour nous imposer dans l’équipe première. Ca a été compliqué à cause des blessures mais il m’a toujours soutenu, mais aussi quand je me suis retrouvé à Boro avant de rejoindre Lorient. Je lui dois énormément et j’ai toujours de bonnes relations avec lui. Il a été le premier à recruter de jeunes joueurs à l’étranger mais c’était vraiment pour qu’ils s’imposent en pro à la différence d’autres clubs qui veulent faire du business.


"Koscielny, c’est un super mec avant d’être un super joueur."


Récemment, L’Equipe a repassé « à la Clairefontaine ». Quels souvenirs avez-vous de cette période à l’INF ? Est-ce un modèle dont les Anglais se sont inspirés ? 

Clairefontaine est la base de mon éducation footballistique. Je ne serais jamais autant reconnaissant avec Claude Dusseau. C’est grâce à l’INF que j’ai été connu et qu’Arsenal est venu me chercher. J’ai pas énormément d’amis, ceux qui restent viennent de l’INF comme Jean Michel Badiane où nous avons noué de fortes relations. Les Anglais ont essayé mais ça n’a pas vraiment marché car ils n’ont pas la patience d’attendre que le joueur se forme. Ils veulent vraiment trouver la pépite. Par exemple, j’ai mon fils qui a sept ans et est déjà suivi par Arsenal, Chelsea…Ils veulent qu’il vienne s’entraîner avec eux. Le foot est devenu fou à ce niveau. La pré formation à la française est spéciale et les clubs en Angleterre reconnaissent ce fleuron. 


Arsenal a recruté Nicolas Pépé il y a peu. Quelle est votre analyse sur le joueur et comment cette arrivée est-elle perçue en Angleterre ? 

L’arrivée de pépé à Arsenal, on ne s’y attendait pas. Les journaux annonçaient que le club n’avait que 45 millions de livres à dépenser. Voir ce qu’il s’est passé au final, c’est fantastique. Pépé est très complet même s’il n’a pas l’expérience de la PL, il est intelligent dans ses mouvements et un super finisseur. Il sait faire la passe quand il faut et avec Lacazette et Aubameyang, je suis très excité de le voir jouer. Il y a beaucoup de fans anglais qui ne le connaissaient pas et qui ont visionné des vidéos Youtube, ça va être à lui de bien s’imposer. Il est dans un club où il y a énormément de Français et tout le monde au club va bien l’intégrer.


"J’ai été en contact avec le club plusieurs fois même avant de venir à Lorient et après ensuite."


Nous sommes situés en Gironde, à Bordeaux où Laurent Koscielny a signé. Que pensez-vous de ce transfert et du joueur ? Comment voyez-vous sa future saison à Bordeaux ? 

Pour parler de Lolo Koscielny, c’est un super mec avant d’être un super joueur. Il a énormément de qualités humaines. Son transfert : tout joueur a le droit à l’âge qu’il a, discuter avec son club pour partir. Ca a toujours été un souhait de finir sa carrière en France. Je n’ai pas été surpris de voir que plusieurs clubs le suivaient. Je pense qu’on ne sait pas tout. Beaucoup de gens le critiquent car il a refusé la tournée au USA, mais on ne connait pas la teneur des conversations avec le club. Bordeaux a fait une super affaire et bien pour la Ligue 1 de le revoir. J’espère qu’il a de belles années à faire avec Bordeaux. Quand je vois à quel niveau il est revenu après sa blessure, je pense qu’on va se régaler. 


Bordeaux, d’ailleurs, vous aviez été proche de signer chez les Marines et Blancs. Que s’est il passé ? Les fans auraient adoré vous voir porter ce maillot…

Pour ma part par rapport avec Bordeaux, j’ai été en contact avec le club plusieurs fois même avant de venir à Lorient et après ensuite. Ca m’aurait plu, le club est saint avec de supers supporteurs et une vie autour du club qui a un environnement très apprécié des joueurs. Ca ne s‘est pas fait. Je n’ai jamais eu l’occasion d’aller plus loin avec les Girondins car on n’a pas vraiment eu l’occasion de discuter. C’était plus un intérêt. 


Vous êtes d’origine algérienne, qu’avez-vous pensé de la performance des Fennecs à la dernière CAN ? 

Oui, bien sûr que j’ai bien suivi cette CAN. Il y avait beaucoup d’espoirs derrière leur équipe nationale. Il y a de bons et moins bons moments. Ca m’a fait plaisir de les voir gagner, ils ont produit du beau football et surtout ils on joué en équipe et Belmadi a trouvé un équilibre et des joueurs sélectionnés qu’on n’attendait pas forcément. Ca a fonctionné, ils ont gagné et le pays est très fier de leur équipe. Maintenant ils attendent avec impatience la coupe du monde. 


Merci Jérémie et à très vite !

  • 2373 vues
  • 0 commentaires

L'auteur

Jean-Aurel Chazeau

Fondateur Leero Sport News et juriste en herbe rêvant comme un gosse devant les passements de jambes de Roni, pense toujours qu'Edixon Perea aurait pu jouer dans un top club.

@J_AurelChz | jeanaurelchazeau.com

Voir les articles