Girondins de Bordeaux : " Briand est un gagneur, il ne lâche jamais"

Le 24 03 2019 à 20h17

Dans une interview exclusive, Mickael Pagis a répondu à nos questions abordant son academy de beach soccer, le RC Strasbourg et les Girondins.

Mickael Pagis, véritable légende de la Ligue 1 mais aussi du Beach soccer nous explique ce sport si particulier avec l’arrivée des beaux jours et bien sûr nous parle de sa carrière et des Girondins de Bordeaux. 



Bonjour Monsieur Pagis, merci pour votre disponibilité, vous êtes aujourd’hui gérant d’une Academy de Beach soccer, comment en êtes-vous arrivé à ce sport ? 

J’ai intégré l’équipe de France de beach en 2010 à la fin de ma carrière. C’était dans les tuyaux depuis pas mal d’années suite à une rencontre avec Eric Cantona. C’est un peu une histoire d’amour qui a commencé il y a pas mal de temps, c’était en 1998, sur la Corse avec Pascal Olmeta qui lui avait déjà intégré l’équipe de France. J’ai eu l’occasion d’organiser un évènement avec des anciens pro et cela m’avait bien plu. Eric m’avait dit de rejoindre l’équipe de France à la fin de ma carrière et ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Dès que j’ai arrêté, ça a été mon objectif de me mettre au Beach. Mais c’est quand même un autre sport. 



Quelles sont les difficultés du Beach ? 

C’est l’instabilité du terrain, tu as un terrain mou, la problématique, ce sont les appuis qui sont plus compliqués à maîtriser et c’est ce qui me plait en fait. Le fait de réussir à transférer sa technique sur un milieu instable c’est ce qui m’a converti, c’est pour ça que je m’y suis mis. C’est un sport très dynamique et très offensif, il y a beaucoup d’occasions de buts et c’est très plaisant. 


Les Bleus sont champions du monde 2005, qu’en est-il aujourd’hui ?  

Le Beach a bcp évolué entre la période 2005 qui est la première coupe du monde FIFA que la France a gagné au Brésil. Suite à ça, l’équipe s’est reposée sur ses acquis et a aussi un peu laissé tomber la formation bien qu’il n’y avait pas réellement de formation. C’est un peu les anciens pro qui ont réussi à gagner. Mais il a fallu former des éducateurs, des joueurs. Le beach fait partie intégrante de la Fédération mais il y a du travail pour rivaliser avec l’Espagne, le Portugal et la Suisse. Ces nations là ont avancé et la France a plutôt stagné mais aujourd’hui, il y a une vraie volonté de mettre en place des actions pour rivaliser de nouveaux avec les meilleures nations.


"Jimmy c’est un gagneur, un battant, qui ne lâche pas."


Parlez-nous de votre Academy, que proposez-vous ? 

Je propose des stages à la journée parce que les gens ne connaissent pas vraiment cette discipline de 9 ans jusqu’à 16 ans. Il faut être licencié football et moi je mets tout en place, on mange ensemble, je leur offre un équipement et je fais tout pour leur faire connaître le Beach soccer avec toutes les techniques inhérentes à ce sport. L’objectif est de passer une journée sympa, ludique tout en étant concentré. Je propose à des clubs de foot à onze aussi de venir découvrir le Beach, je fais aussi des tournois en privé. A termes, on montera peut être une équipe en senior. 


Que pensez-vous de l’évolution du Stade Rennais suite à leur bonne saison ? 

Cela coïncide avec la naissance d’un socle solide et depuis des années, le club s’entoure, met en place des bons éducateurs et puis après au niveau de l’équipe première, c’est en faire un club qui peut être européen chaque année. On a pu voir avec leur parcours en coupe d’Europe par exemple. C’est une bonne chose pour le championnat de France. 



Vous avez évolué avec Jimmy Briand, un mot sur l’attaquant des Girondins ? 

Jimmy c’est un gagneur, un battant, qui ne lâche pas. Sans être péjoratif, il compense ses limites techniques avec son intelligence. Je faisais un bon duo avec lui où il prenait la profondeur. J’aimais bien évoluer avec ce genre de joueur. Il se dépense beaucoup dans un match avec un peu de déchet dans la finition mais il propose tellement de choses à l’équipe par ses appels. J’ai adoré jouer avec lui au Stade Rennais. 



Strasbourg est en finale de Coupe de la Ligue, cela doit vous rappeler des souvenirs ? 

Ouais complètement, ça me rappelle l’année où on gagne avec Strasbourg et une récompense pour ce club qui est tombé bas et qui a su remonter. La finale qui sera à Lille sera une belle fête car c’est un peu le Marseille de l’Est, il y a un tel engouement autour du club, pour les gens qui travaille autour du club. L’esprit alsacien, c’est tout donner et aujourd’hui ils sont récompensés en championnat et par cette finale. 



Vous avez frôlé l’Equipe de France à onze cette fois, quel est votre avis sur les Bleus ? 

C’est une équipe qui est composée de joueurs qui connaissent tous les championnats européens, et c’est un vrai plus. Le sélectionneur connaît la maison et suit tous les grands championnats. Il sait ce qu’est la gagne. Ils ont atteint la victoire en Coupe du Monde et seront plus attendus. On va voir si cette équipe va confirmer ce caractère de gagneur car le plus difficile commence maintenant. Mais c’est un plaisir de les voir jouer. 



Vous avez connu Camel Meriem à Sochaux, cela vous aurait plu de jouer avec lui à Bordeaux ? Et puis qui sait, avez-vous été approché par Bordeaux ? 

Oui exactement, c’est vrai que les Girondins, j’ai toujours suivi. Dans les années 80, c’était une équipe qui gagnait et j’ai eu un truc avec ce club. En 1995, si mes souvenirs sont bons, un recruteur bien connu était venu me voir pour me superviser quand j’évoluais avec Chatellerault pour proposer quelque chose avec les Girondins mais j’ai pris un carton rouge au bout de dix minutes. Pierrot Labat a fait demi tour car il venait vraiment pour me voir jouer que moi. Après, c’est un club et une région qui m’auraient plu. 


Merci M.Pagis !


  • 500 vues
  • 0 commentaires

L'auteur

Jean-Aurel Chazeau

Fondateur Leero Sport News et juriste en herbe rêvant comme un gosse devant les passements de jambes de Roni, pense toujours qu'Edixon Perea aurait pu jouer dans un top club.

@J_AurelChz | jeanaurelchazeau.com

Voir les articles

Cet article n'a pas encore de commentaire. Soyez le premier à le commenter !